RPS / Page 6


image formation risques psychosociaux

Vous pouvez demander une formation sur les risques psychosociaux, afin de connaitre les différents risques liés à votre activité. Vous pourrez les l'intégrer au document unique

Nous pouvons aussi vous fournir une interface en mode SAAS, pour que vous puissiez mettre à jour votre DUER.

Cette formation est prise en charge par votre OPCA, Demandez ici !

Comment prevenir les RPS

Partager cette page

 

Risques psychosociaux au travail : adoptez la démarche RPS

L’employeur a l’obligation légale de protéger la santé physique et mentale de ses salariés. Les réseaux I3R PACA (créé en 2009) et I3R Corse (2013) proposent aux entreprises une liste d’Intervenants respectant le Référentiel Régional sur les Risques psychosociaux : psychologues du travail, ergonomes…

Comment définissez-vous les risques psychosociaux en entreprise ?

A l’origine, c’est un déséquilibre entre les ressources dont dispose le salarié dans le cadre de son activité et le travail prescrit qui peut provoquer des situations stressantes : surcharge de travail, activités en urgence, arrêt de certaines activités… Souvent on identifie les facteurs de RPS à travers des dysfonctionnements organisationnels. Ils impactent la santé mentale des salariés et la performance de l’entreprise.

Certains secteurs d’activité sont-ils plus touchés que d’autres en PACA ?

Je confirme. Tous les secteurs sont impactés. On observe beaucoup de RPS dans les établissements qui accompagnent le public en difficulté. C’est peut-être lié au facteur crise, au chômage… Dans les métiers dits à risque en lien avec la défense aussi, police, gendarmerie…

Ce sont les entreprises qui font appel à vous ?

Généralement, la demande d’évaluation des risques fait suite à une alerte du médecin du travail, une mise en demeure de l’inspection du travail ou une injonction de la Carsat Sud-Est. CPTO Aix a la particularité de travailler surtout avec des TPE de moins de 10 salariés et des PME de moins de 50 salariés.

Souvent on est alerté par les délégués du personnel ou le médecin du travail. Certaines entreprises font également appel à nous pour répondre à leurs obligations légales. Le Document Unique d’évaluation des risques (DUER) doit prendre en compte les RPS.

Lire la suite...


Comment se déroule une démarche RPS ?

La première des choses est de sensibiliser aux RPS l’ensemble du personnel sur l’action qui va être mise en place et de constituer un groupe de travail représentatif de toute l’entreprise : direction, représentants des services, IRP, et parfois le médecin du travail.

C’est une démarche participative. On choisit ensemble les outils pour procéder à l’évaluation des risques : questionnaires, entretien collectifs ou individuels, en fonction de la nature de la demande et de la structure. J’accompagne le groupe de travail dans l’élaboration du diagnostic, des préconisations et du plan de prévention.

Le but est d’une part mettre en place des actions correctives par rapport aux dysfonctionnements observés pouvant impacter la santé des salariés, et d’autre part de rendre les actions de prévention pérennes dans le temps.

Pouvez-vous illustrer cette démarche par une étude de cas ?

Une structure médico-sociale où le changement de direction a été mal vécu par les salariés. Il a provoqué du mal-être dans l’un des deux services, celui qui accompagne socialement le public. Mise en demeure de l’inspection du travail, alerte du médecin du travail.

Je mets en place un groupe de travail représentatif et nous nous mettons d’accord sur les étapes et la méthode pour procéder à l’évaluation. Un guide d’entretien est validé par le COPIL, et je fais passer des entretiens semi directifs à l’ensemble des salariés, d’une durée de 50 minutes.

Nous procédons également à l’analyse des données sociales (nature de l’absentéisme, turnover, etc.) et travaillons sur des « situations-problèmes » identifiées. Le diagnostic met en avant la souffrance au travail, l’absence d’analyse de pratiques professionnelles, des directives parfois floues et contradictoires, etc.

Prise de conscience de la direction. Le plan d’actions, sur 1 an, s’est traduit par la nomination d’un manager de proximité, le recrutement à temps partiel d’une psychologue clinicienne pour l’analyse des pratiques et pour accompagner le public, la création de fiches de poste, de procédures de travail, d’un protocole en cas d’agression, etc.

Faites-vous un suivi du plan d’actions ?

Cette entreprise m’a demandé de revenir au bout d’un an pour l’accompagner sur d’autres risques professionnels dans le cadre du DUER. Le dialogue a repris entre les deux services, j’ai ressenti un apaisement, les tensions ont diminué. Mais l’entreprise reste fragile, elle est en phase de « consolidation ».

Plus globalement dans nos interventions, la dynamique que nous mettons en place a parfois tendance à se perdre. Auparavant, CPTO Aix proposait un suivi qualité post-intervention à 6 mois. Mais les entreprises nous rappelaient un an après.

Nous avons donc proposé un accompagnement post-intervention trimestriel, pour les aider à suivre le plan d’actions. Cette disposition fonctionne bien.

Comment maintenir cette dynamique de prévention RPS après le départ du consultant ?

Tout se joue au moment de la conduite de l’évaluation, lors de la phase de sensibilisation. L’objectif est de développer la culture de prévention. Cela exige la mobilisation des salariés et de la direction. La constitution du groupe de travail est déterminante. Le consultant doit réussir à créer une dynamique.

En libérant la parole, souvent les dirigeants craignent que l’on dégrade la situation, en provoquant des mouvements sociaux. D’où ce devoir de médiation, pour rassurer la direction et les salariés. Mon 1er travail est avant tout pédagogique pour expliquer les bienfaits de cette méthode à long terme. C’est une valeur ajoutée pour l’entreprise.

Y a-t-il des écueils à éviter absolument ?

L’instrumentalisation. C’est pourquoi le rappel du cadre réglementaire est souvent primordial. La posture du consultant n’a pas de parti pris. Il est à l’écoute de tous les acteurs. Sa mission est de réinjecter de l’objectivité dans beaucoup d’affects. Il faut aussi savoir se remettre en question : ne pas croire que l’on est tout-puissant. Pour toutes ces raisons, la formation du consultant doit être permanente.

Les consultants du réseau I3R PACA se réunissent 4 fois par an. Que retirez-vous de ces échanges ?

Beaucoup de bien. Les consultants se rencontrent, avec une vraie volonté de partager des études de cas. En tant que psychologue du travail, je peux perfectionner mes interventions en entreprise. Ce réseau permet aussi de garder le lien avec les acteurs institutionnels : Carsat Sud-Est, DIRECCTE Paca, ACT Méditerranée, Mutualité Sociale Agricole. Ils m’accompagnent sur certaines évaluations. L’intelligence se doit d’être collective aujourd’hui.

Propos issus de l'Interview d'une consultante CPTO Aix par Carsat sud-est
Solutions Prévention le Mag, 27 janvier 2016

Vous souhaitez obtenir plus d'informations ?

Posez nous une question !
Votre message à bien été envoyé !
Une erreur s'est produite !

Vous souhaitez plus d'informations sur CPTO AIX


formation referent securite aix en provence

Nous vous proposons une formation efficiente pour permettre au salarie de mener a bien cette nouvelle fonction conformement aux dispositions legales.

formation referent securite au travail

Nous proposons une formation efficiente pour permettre au salarie de mener a bien cette nouvelle fonction de referent securite sur leur lieux de travail.

COOKIES
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos besoins.
Pour en savoir plus sur les cookies.